Maison de retraites, Ehpad : les alternatives

Colocation seniors

Il est peu risqué d’affirmer que les Ehpad ou les maisons de retraite ont aujourd’hui mauvaise presse : manque de personnel, enrichissement des propriétaires, loyers astronomiques et patients livrés à eux-mêmes, tels sont les actualités qui ont concerné ces résidences en cette année 2018 … sans oublier le rapport d’information (à charge) remis au gouvernement par les députées Iborra et Fiat. Bien que tous les établissements ne soient pas à loger à la même enseigne (il existe des maison de retraite excellentes), la perte de confiance dans ces institutions est vraiment préoccupante.

Mais les maisons de retraite ne sont pas la seule destination des personnes âgées lorsqu’elles comment à perdre en autonomie. Il existe en effet beaucoup d’alternatives à ces établissements comme l’accueil familial, la colocation entre seniors, la colocation intergénérationnelle ou encore le béguinage. Hors le mieux pour les démocratiser, c’est d’en parler !

Accueil familial

L’accueil familial c’est le fait de permettre à une personne âgée de vivre dans une famille qui n’est pas la sienne. Cette famille doit disposer d’un agrément délivré par le Conseil Général. Moyennant une pension, la famille s’engage à faire participer la personne accueillie à la vie familiale et à aider cette dernière si son autonomie diminue. La pensionnaire bénéficie quant à elle d’une chambre et de la présence continue de la famille. Si sa perte d’autonomie dépasse un certain seuil et que les accueillants familiaux n’arrivent plus à suivre, la personne âgée devra changer soit d’accueil familial, soit de type d’établissement.

À noter que la personne accueillie ne peut être de la même famille que l’accueillant et que le montant minimum de la rémunération quotidienne est de minimum 24,71€ brut. D’autre part la personne âgée peut bénéficier de plusieurs aides financières comme l’APA, les APL ou l’ALS pour l’aider à payer son loyer.

L’accueil familial est l’alternative la plus connue et a déjà porté ses fruits. De nouvelles tendances sont toutefois à surveiller de prêt.

La colocation entre seniors

Retour en arrière ! La colocation n’est pas réservée qu’aux étudiants : les seniors ont aussi leur mot à dire. Quoi de mieux pour lutter contre l’isolement que de faire une coloc entre potes … même octogénaires ?

L’idée peut faire sourire mais elle est bel et bien concrète : la colocation entre seniors est une réalité et peut se présenter sous deux formes différentes :

  • un senior vivant seul demande à d’autres seniors d’emménager avec lui,
  • plusieurs seniors décident de vivre ensemble dans le même logement.

Bien évidemment il ne s’agit pas là de faire la fête jusqu’à pas d’heure mais plutôt de se soutenir et de s’entraider face à la perte d’autonomie progressive de chacun. C’est aussi un moyen de palier aux petits retraites et aux prix sans cesse croissant des logements ou des taxes foncières qui limitent la qualité de vie des petites retraites.

Colocation seniors

L’entraide est de mise entre les colocs et les frais de la vie quotidienne sont partagés. Ainsi lorsque certains colocataires iront faire les courses, d’autres se chargeront du ménage et de la cuisine. C’est aussi un argument pour éviter les cambriolages : les personnes âgées sont les cibles privilégiées des vols, lorsqu’elles s’absentent ou partent en vacance. Grâce à la colocation, il y a toujours quelqu’un à la maison pour dissuader de commettre ce délit.

Forcément on ne peut que conseiller aux membres de al cohabitation de bien choisir chaque colocataire pour que la bonne entente soit de mise : si des tensions existent entre certaines personnes, alors le fondement de la colocation est ébranlée et n’a plus d’utilité. D’autre part si la charge de travail liée à une personne devient trop conséquente, c’est qu’il est temps de changer de coloc.

Et si le format de la colocation vous tente mais que vous ne souhaitez pas quitter votre maison ni côtoyer des individus de votre génération, la colocation intergénérationnelle existe !

La colocation intergénérationnelle

La colocation de type intergénérationnelle est clairement étudiée pour les étudiants qui souhaitent un logement pratique à bas coût et qui sont désireux de pouvoir rendre service à une personne âgée.

Encadré de façon juridique, il existe deux types de contrats qui lient la personne âgée à l’étudiant :

  • Logement gratuit contre service rendu : une convention d’hébergement fera office de bail colocation,
  • Logement payant : dans ce cas là l’étudiant paye un loyer mais le bail pourra être moins élevé si les 2 parties s’entendent sur des services à rendre par l’étudiant.

Il est donc important que la personne âgée définisse bien les services à rendre. En effet, beaucoup de services impliqueront un loyer peu élevé voire nul et vice versa.

Avant de se lancer dans ce projet d’hébergement, il faut noter que ce type de colocation revêt de nombreux avantages mais aussi des inconvénients.

Pour l’étudiant c’est une opportunité de bénéficier d’un logement plus conséquent que s’il prenait une chambre étudiante, plus équipée et potentiellement dans un quartier plus huppé sans forcément dépenser un loyer dantesque. Par contre il faut avoir en tête que vivre avec une personne âgée impose des règles de savoir-être et de savoir-vivre. D’une part il faut être calme, patient et poli. D’autre part il ne pourra pas faire la fête au domicile (pas de soirée étudiante chez la personne âgée). Enfin ce type de logement ne donne pas de droit aux APL.

colocation intergenerationnelle

Pour la personne âgée, il s’agit de briser le sentiment de solitude et de bénéficier d’aide pour les tâches compliquées (courses, ménage, repas). C’est aussi l’occasion de partager son savoir-faire et ses petits secrets : jardinage, cuisine ou autre. Par contre l’étudiant n’est pas là pour prodiguer de soins médicaux. Il pourra toutefois accompagner son hébergeur chez le docteur ou à l’hôpital si besoin.

La clé d’une colocation intergénérationnelle réussie c’est de trouver la bonne personne. Il faut être tolérant l’un envers l’autre, avoir une bonne capacité d’adaptation, être compréhensifs, avoir le sens du partage tout en n’empiétant pas trop sur l’espace privé de l’autre. Respecter les règles définies en amont est aussi essentiel pour vivre sainement chaque jour.

Des associations sont chargées de trouver le bon étudiant pour le bon senior. Les étudiants ne sont pas choisis au hasard puisqu’ils doivent lire et signer une charte de bonne conduite intitulée « un toit, deux générations ». De quoi découvrir dans quoi il s’engage.

Le béguinage

Non ce n’est pas le patois bègue. C’est tout simplement un regroupement de maisons mitoyennes rassemblées autour d’espaces partagés.

Le béguinage moderne prend modèle sur les béguines qui vivaient dans de petites maisons identiques réparties en rangées et reliées par des coursives, le plus souvent autour d’une cour ou d’un jardin avec la proximité directe d’une église. Les béguines, femmes pieuses mais non rentrées dans les rangs monastiques y vivaient à partir du 12ème siècle, principalement en Flandre et aux Pays-Bas.

Beguinage

La clé du succès du béguinage réside dans le fait qu’il prend la forme d’un village dans la ville. Loin d’un aspect religieux, le béguinage retraite permet de maintenir un lien social et solidaire entre ses habitants. Que l’on vive seul dans une des maison ou à plusieurs dans un appartement, ce type d’habitat est adapté aux personnes âgées et à leur contraintes de mobilité. La proximité des habitants (entre 10 et 20 logements privés de plein pied) et des espaces communs en font un lieu de vie propice pour garder son autonomie sans s’isoler. Les béguinages sont mixtes, ouverts aux couples ou aux personnes seules.

Les avantages sont multiples : proximité des voisins, des commerces, rencontres faciles, logement adapté aux personnes vieillissantes et sécurité. D’autre part les « béguineurs » pourront bénéficier de l’APA et d’APL !

Bref, les Begijnhof (béguinage en hollandais) ont tout pour séduire.

Certes, nous sommes tous à la recherche du meilleur ehpad ou de la meilleure maison de retraite pour ses proches, mais les solutions alternatives existent et ont de quoi peser dans la balance. Il n’y a plus qu’à faire son choix !

Laisser un commentaire